Sélectionner une page

Retrouvez Michel Poulaert, conférencier international professionnel, spécialiste de l’optimisme et du leadership positif sur :

https://www.youtube.com/user/MichelPoulaert
http://www.michelpoulaert.com/
http://www.sourcedoptimisme.com/
https://www.facebook.com/MichelPoulaertConferencier
https://twitter.com/michelpoulaert
https://fr.linkedin.com/in/michelpoulaert

Retranscription intégrale de l’interview de Michel Poulaert :

— Bonjour ! Je suis Cécile d’Investir et Réussir sa vie. Bienvenue dans cette nouvelle vidéo dans laquelle j’ai le grand plaisir d’accueillir Michel Poulaert.
— Bonjour !
— Avec Michel, on est à la journée de l’audace. Du coup, il est intervenu et je suis vraiment ravie. On ne peut plus présenter Michel, il y a énormément de gens qui le connaissent. J’aurais aimé que tu nous partages : qu’est-ce qui peut inspirer les gens à passer l’action et à avoir un déclic peut-être pour pouvoir initier leur changement de vie parce qu’on parle beaucoup de vouloir réaliser ses rêves.. Quelle est la première chose, le petit pas que l’on peut faire ? Qu’est-ce qu’on peut faire pour commencer à passer à l’action qui va vraiment changer les choses pour nous ?
— La prise de conscience qu’on a une passion. Il y a deux messages. La première est la prise de conscience ; et le deuxième est quand on a pris conscience : de vivre ça avec passion. La passion est totalement comme l’amour. Quand on parle d’amour, on comprend déjà beaucoup mieux. Quand on aime quelqu’un ou quand on veut conquérir quelqu’un, ou le cœur de quelqu’un, et quand on veut garder le cœur de quelqu’un, on ne se trouve pas d’excuse. On fait tout ! qu’on soit homme ou femme. Quand on veut séduire, on fait des trucs de fou. On se surpasse, on fait des trucs, mais parfois avec le recul, on se dit : « comment j’ai pu faire ça. C’est un truc de fou ».
— C’est quelque chose de l’intellect ou quelque chose que l’on a dans les tripes ?
— C’est dans les tripes. Après, c’est une symbiose entre les deux. Évidemment, si on vous demande de sauter d’un building, à un moment, notre cerveau il fait : « on ne veut pas sauter ». Mais l’amour est un truc de fou, la passion est un peu dans les tripes. En revanche, la prise de conscience c’est les deux : l’intellect et les tripes. L’intellect : où j’en suis ? Qu’est-ce que je veux ? Qu’est-ce que je ne veux plus ? On ne va pas tomber dans les travers où les gens veulent en général se lancer : on est salarié. Je veux me lancer. Mais parfois, quand on est salarié, il arrive que l’on soit bien dans ce que l’on fait.
On entend souvent le message : « lancez-vous. Lancez votre boîte. Vivez vos rêves ! » Bien sûr, vivez vos rêves, mais il arrive aussi que les gens soient très bien là où ils sont. En revanche, il y a des moments où l’on se sent moins bien. C’est là où l’on se remet en question : « pourquoi je fais ces choses ? Pourquoi je travaille ? Pourquoi je suis salarié ? Pourquoi je continue à travailler pour cette boîte ? » Parfois les avantages sont plus importants que des inconvénients. Tout ça est déjà de l’intellectualisation. Le mot d’ordre est juste « Quoi que vous fassiez, faites-le avec passion ; que ce soit en tant que salarié ou si vous voulez vous lancer et vivre un rêve ». Surtout il n’y a pas d’âge. Arrêter de croire que ce n’est que pour les jeunes.
Tu lances ta chaîne et je suis content. Je te remercie pour ce bonheur et ce plaisir que tu me donnes de pouvoir être interviewé dans ta chaîne parmi tes premières vidéos. Il n’y a pas d’âge, si on veut se lancer. Tout à l’heure en conférence, il y avait l’histoire du Colonel Sanders. Celui qui a crée KFC.
— Impressionnante histoire.
— En fait, il a commencé à faire fortune à 66 ans. Tu étais là. Tu as entendu tous les déboires qu’il a eus. Jusqu’à ses 66 ans, cet homme n’a eu que des déboires les uns après les autres.
— Il les a très bien pris.
— En fait, je le comparais un peu à François PIGNON. C’est un petit peu comme la chèvre. C’est difficile de raconter cette histoire, cet homme a eu tellement de déboires qu’on risque d’en éclater de rire parce qu’on se dit « ce n’est pas possible! ». L’attitude, il y en a qui s’arrêtent en disant : « c’est une question de destin. Ce sont les étoiles. C’est l’univers ». Moi je dis : « c’est nous. ça commence par vous ».
— ça commence par pourquoi comme tu le disais. C’est la première question, vous avez retenu le pourquoi, le point d’interrogation : pourquoi fait- on ça ? Pourquoi est-on animé ? Qu’est-ce qui nous fait vibrer ? On démarre de ça.
— C’est ça. Souvent, ce sont des rêves que l’on a depuis très longtemps, qu’on a refoulés ou qu’on a mis dans une case parce qu’on s’est dit que de toute façon ce n’est pas pour moi ; je n’ai pas les moyens ; je n’ai pas l’argent ; je n’ai pas les moyens intellectuels ; tout le monde autour de moi me dit que ce n’est pas possible. Alors oui, à force de le penser, ça deviendra votre réalité, mais l’inverse marche aussi.
— D’accord ! Super ! Merci pour ce partage. On te retrouve sur les routes de France et de Navarre, et plus loin encore. C’est impressionnant. Comment arrives-tu à trouver l’énergie… Qu’est-ce qui t’anime pour faire tous les jours comme ça à changer de vie ; voyager, etc. ? Qu’est-ce qui te fait vraiment aller de l’avant ?
— Il y a déjà le fait de vivre son rêve. Ce que je fais aujourd’hui, le métier que je fais, c’était mon rêve, il y a dix ans. Je veux devenir conférencier professionnel. Je ne suis pas Américain. Les Américains peuvent en vivre. Je suis francophone en France, même pas au Canada, et je veux devenir conférencier professionnel. C’est-à-dire que mon activité principale est de vivre de la conférence.
Dans la mesure où aujourd’hui je vis le rêve que je construis, que j’ai commencé à construire, il y a dix ans, de l’énergie il y en a…. alors, ceci ne m’épargne pas de la fatigue parce que la fatigue il y en a, aussi de l’intelligence parce qu’à force de voyager ; est-ce que mon couple n’est pas en danger ? Il faut toujours rester vigilant…
Cette énergie, c’est juste : je fais ce que j’ai toujours eu envie de faire. J’ai trouvé un métier qui me permet de faire tout ce que j’aime. Je fais de la vidéo. J’ai une chaîne YouTube qui approche le million de vues. J’ai une page Facebook, j’adore écrire. Ma page Facebook sur l’optimisme tout simplement Michel Poulaert Pro, vous allez voir, il y a énormément de fans. Ensuite, j’aime faire de la scène. J’ai fait du théâtre. J’aime inspirer les gens. Je sais que j’ai un pouvoir de conviction. Tout simplement, c’est ma vie qui me l’a appris.
Je me suis dit comment je peux combiner ça. Comment je peux utiliser tout ça pour avoir une influence positive autour de moi ? Comment je peux communiquer mon énergie aux autres ? Quand j’étais salarié, j’étais toujours l’extra-terrestre de toutes les entreprises pour lesquelles j’ai travaillé. J’étais un extra-terrestre. Comment fais-tu Michel ? Parce que j’ai toujours fait avec beaucoup de passion.
Le jour où je n’avais plus de passion, j’ai changé à chaque fois. Parfois, j’ai eu des déboires, parfois, j’étais jeté aussi, mais non pas parce que j’étais mauvais, mais parce que la boite coulait par exemple. J’ai toujours fait avec passion. Ce n’est pas difficile. À chaque fois, je travaillais pour un patron. J’ai bossé dans une boite comme si elle était la mienne ; avec ça je dis beaucoup. Pour un patron, c’est une vraie bénédiction.
Mais la passion quand je n’ai plus, je passe à autre chose. Il faut trouver le truc. C’est toujours cette passion. Qu’est-ce qui fait que j’ai cette énergie ? C’est juste de se dire que punaise : « je vis de mon rêve. Je voyage. Je fais de la scène. Je rencontre des gens intéressants, passionnants, qui me demandent au dernier moment une interview ». Je passais là et timidement elle me dit « vous auriez 5 minutes ? »
– ça dure un petit peu plus de 5 minutes en plus…
— Merci beaucoup pour ce message. Je pense qu’au-delà de ça, il y a la mission que tu accomplis pour les gens parce que du coup tu réalises ta passion, mais tu permets aussi aux autres de la réaliser. C’est juste extraordinaire. On va te suivre sur ta page Facebook et tes différentes conférences.
— Merci à toi. Je suppose que tu mettras sous ton lien.
— Exactement qon va tout mettre. Merci beaucoup. Si vous avez aimé la vidéo, cliquez sur j’aime et partagez. On vous dit à très bientôt.